Technique

L’énergie hydraulique est proportionnelle à la chute et au débit d’eau que l’on peut valoriser. La puissance disponible (ou l’énergie par unité de temps) égale le produit de l’accélération terrestre, de la chute, du débit et du rendement de l’installation :
P [kW] = 9,81 * H [m] * Q [m^3/s] * ƞ [%]

Un moulin à eau est généralement construit sur un canal parallèle à la rivière. Ce canal, appelé bief ou biez, amont ou aval suivant que l’on parle de la section avant ou après la roue, est pratiquement horizontal pour concentrer le dénivelé à l’endroit de la chute, où est placée la roue. Ainsi on augmente la chute exploitable et le moulin est protégé des crues de la rivière. Sur les petits ruisseaux, une retenue d’eau est parfois aménagée sur le bief en amont de la roue pour augmenter artificiellement le débit. C’est une manière très simple de stocker de l’énergie !

Si la chute exploitable est relativement simple à mesurer, il en est moins du débit, qui varie grandement en fonction des saisons, de la météo, des ouvrages de régulation du débit, de prescriptions liées à d’autres utilisations du cours d’eau et au bon fonctionnement écologique global de la rivière.

La Région Wallonne dispose d’un réseau performant de stations de mesure du débit sur les principaux cours d’eau non navigables du territoire. Les données sont disponibles via la site Aqualim.

Le débit de l’Aisne est ainsi mesuré en continu à hauteur du pont d’Erezée. Si on pondère ces données de débit suivant le rapport du bassin versant de la rivière à hauteur du moulin sur le bassin versant à la station de mesure, on peut obtenir une idée du débit total de la rivière à proximité du moulin. Le débit exploitable est une partie de ce débit, le reste étant réservé au cours naturel de la rivière.

Débit 2013En l’absence de station de mesure de débit à proximité, des techniques de mesure directe telles que la mesure du courant dans une section uniforme, le déversoir normalisé ou l’empotement peuvent être employées.

La chute et le débit valorisables au moulin de Lafosse sont de 4 mètres et environ 200 litres par seconde, qui entraîneront une roue par-dessus de 3,5 mètres de diamètre et 1,3 mètre de large, développant une puissance mécanique de 5 kW.

La roue entraînera d’une part les équipements de meunerie (dont les meules de pierres traditionnelles), d’autre part une génératrice de courant qui alimentera une presse à huile moderne à vis sans fin.

Schéma fonctionnement

Produits

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s